publicité

Le rapport administratif dédouane les policiers

Les conclusions de l'enquête administrative confirment le rapport rendu fin août après les émeutes d'Amiens-nord.

  • Gontran GIRAUDEAU
  • Publié le 19/09/2012 | 17:54, mis à jour le 26/10/2012 | 14:26

Selon les conclusions"aucune faute n'a été commise à l'occasion de cette opération".

Ces informations étaient déjà présentes dans le premier rapport publié le 23 août 2012, comme le précise le communiqué de la préfecture : "aucune information nouvelle n'est donc de nature à modifier les premières conclusions de l'enquête".

Les conclusions de l'enquête administrative (communiqué de la préfecture) :

1/L'interpellation de l'automobiliste, qui a été verbalisé, était justifiée et s'est déroulée sans incident.

2/Un attroupement s'est rapidement formé en provenance des rues adjacentes et de la proximité immédiate. Les effectifs de police restés sur place pour établir la procédure ont été pris à partie par un groupe de personnes armées de manches en bois et jetant des projectiles. En infériorité numérique, les fonctionnaires ont alors fait usage des moyens de défense collectifs.

3/S'agissant des déclarations initiales de riverains relatives à des comportements inappropriés, en l'absence de dépositions spontanées de ces derniers et après des appels à témoins relayés par les médias locaux restés vains, le DDSP a convoqué 6 personnes qui avaient été reçues en audience à la préfecture le 13 août et avaient alors manifesté leur mécontentement. Seules 3 personnes ont accepté de déposer, parmi lesquelles aucune n'a apporté de témoignage direct sur le déclenchement des faits.

Rappel des faits

Le dimanche 12 août 2012 à 22h35, trois fonctionnaires de police ont interpellé rue Fafet à Amiens un automobiliste ayant une conduite dangereuse. À la suite de cette intervention, un attroupement hostile s’est formé ; des renforts ont été dépêchés sur place et les fonctionnaires ont fait usage de moyens de défense collectifs pour se dégager.

Des riverains, à l’occasion d’un deuil, ont protesté, en indiquant avoir été indisposés par l’action de police qu’ils ont estimé excessive au regard des circonstances. Ils ont fait état de comportements inappropriés.

les + lus

les + partagés